À propos

Mon profil

J’ai enseigné pendant trente ans en Éducation aux adultes. J’ai adorrré ! Un début de maîtrise en Andragogie, puis une autodidaxie alimentée par des penseurs et « d’autres horribles travailleurs », eux de longues études et d’une vie dédiée à renouveler l’entendement.

 

Certains demeurent mon bréviaire laïque. Je suis naturellement dissident de la doxa et j’ai souvent proposé/initié des actions ouvertes à l’autonomie, le respect et le droit de parole. Autant dans mon enseignement, en politique qu’à la communication. 

 

Je suis un « Québécois de souche » et j’espère toujours mon pays, en vigile cependant de la stratégie de ce « pays post national » proclamé par le premier ministre du Canada, étant conscient aussi d’une mondialisation néo-libérale qui dicte ses lois aux gouvernements de cette terre. Je vis avec ce blog ce paradoxe d’une relation virtuelle alors qu’elle sera, je l’espère, personnelle.

ann-fossa-FvO7Bu05oC8-unsplash_edited.jpg

Objectif

Je considère que l’échange des idées permet tout d’abord d’éviter de s’enfermer dans ses « certitudes » et surtout de bénéficier de la réflexion de l’Autre.

Ce site sera donc, je l’espère, un espace/temps pour nous permettre d’analyser l’état de la situation et de dégager des pistes permettant l’émergence d’une humanité plus humaine.

Homme de questions plus que de réponses, je crois au dialogue pour ouvrir de nouveaux horizons et devoir concevoir autrement, tant la doxa tente de nous enfermer dans une novlangue visant à paralyser toute étude critique de la perte annoncée des repères d’une civilisation qui encore organise nos relations individuelles et collectives.

En somme, comment comprendre la mondialisation/néolibérale dont le virtuel tous azimuts est plus qu’un cheval de Troie, mais bien son fer de lance. Quels sont les événements annonciateurs d’une rupture et d’un refus « d’un emploi de la vie » dorénavant en péril. Comment l’analyser. Comment y répondre.

Je proposerai donc en amorce un évènement et la réflexion qu’il me suscite. Il sera possible techniquement de commenter, de compléter, de confronter. L’appart de chacun sera conservé et il sera possible de répondre à ce dialogue. Oui, un dialogue entre nous. Est-ce que mille mots au maximum seraient convenables? Vous me direz.